Publié le : sam 27 Jan 2018

IL ÉTAIT UNE FOIS, UN ROI REBELLE

Share This
Tags

Dans la succession des évènements historiques, les séquences se ressemblent et ne s’identifient pas, il y a sans doute, des leçon à retenir. Les deux Présidents Trump et Nixon étaient empêtrés dans des affaires d’espionnage, leurs points de vue sur la question israélo-palestinienne sont différents, alors que leurs vice présidents respectifs sont acquis aux thèses sionistes. Trump avait reconnu solennellement le 6 décembre 2017, Jérusalem comme capitale de l’état hébreu. Quant à Nixon aussitôt contraint de démissionner, Gérald Ford devint Président, décide de reconnaitre Jérusalem capitale d’Israël, il y a quarante quatre ans de cela. Une décision unilatérale suscita la colère du roi rebelle Fayçal, furieux il menace de fermer les robinets du pétrole si la maison blanche ne recule pas et si Israël ne revient pas aux frontières de 1967, Henry Kissinger secrétaire d’état aux affaires étrangères dénonce l’étranglement de l’industrie mondiale et appelle au riposte. Pourtant le roi Abdellaziz ibn Saoud fondateur de l’Arabie moderne de 1932, père du roi Fayçal ne s’était pas opposé à la création d’un foyer pour << les malheureux juifs >>, selon ses propres termes, en Palestine ou ailleurs. Il ne pensait pas qu’il allait devenir une source de déchirement et d’affliction, lorsque Sir Percy Kooks, délégué de la grande Bretagne, lui avait demandé son accord. Au contraire il croyait qu’arabes et juif sont de cousins, vivaient en parfaite intelligence depuis longtemps. Avant que la discorde n’eût été répandue entre eux, en effet beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, le monde a changé les hommes aussi et  leurs motivations ont été profondément modifiées.