Publié le : mar 3 Avr 2018

LE WAHABISME, POUR CONTRER LE COMMUNISME !

Share This
Tags

Lors de sa visite diplomatique aux États Unis, Mohamed ben salman a rencontré des membres de la rédaction de Washington post. Au cour de cette rencontre, le Prince héritier Saoudien s’est exprimé sur plusieurs thèmes, dont le wahabisme considéré par la presse et des hommes politiques en occident, comme grille de référence au terrorisme. La partie de la déclaration, de l’homme fort saoudien, relative à ce sujet embarrassant, s’est passée semble-t-il inaperçue dans les médias mainstream officiel. Cette entrevue était tenue secrète, avant que l’ambassade d’Arabie Saoudite ait donnée son accord au journal d’en publier des extraits dans son édition du 22 mars 2018. Le Prince héritier parait franc et claire dans ses propos, les financements saoudiens des mosquées et des écoles Islamiques à l’étranger étaient, en effet, une réponse à un souhait manifesté par les alliés occidentaux et particulièrement américains, dans le but de contrer l’expansion du communisme au sein du monde arabo-musulman, n’oubliant pas que c’était à l’époque de la guerre froide . Depuis longtemps l’Arabie Saoudite avait de l’aversion pour communisme, à la seconde moitié du siècle dernier, elle opposait le panislamisme au panarabisme socialisant; pendant la guerre Afghane, elle n’a pas hésité à mettre son poids religieux et financier dans le camp des occidentaux. Le Prince héritier a confié aux journalistes de Washington post, que depuis la fin de la guerre froide, les gouvernement saoudiens successifs << s’étaient fourvoyés sur des fausses pistes >>, et que pendant plus de deux décennies, la politique étrangère de Riyad était orientée vers un programme de prosélytisme et de promotion d’une lecture rigoriste de l’Islam au niveau régional et international, tout en affirmant qu’il est temps que << les choses reviennent à la normale >>. Certains observateurs se demandent, malgré la bonne volonté affichée par le Prince héritier Mohamed ben Salman, comment parviendra-t-il à faire avancer une société bien enchaînée traditionnellement et culturellement à un passé lointain .